Nova Scotia Archives

C'était nous : La Nouvelle-Écosse dans les films de 1917 à 1957

NSFilm Fb16

Le site Web que vous vous apprêter à explorer a été créé pour célébrer près d'un siècle de cinéma en Nouvelle-Écosse. De la collection considérable de films conservés au Service des archives et de gestion des dossiers de la Nouvelle-Écosse, nous en avons choisi 96 qui mettent en vedette les quatre premières décennies de cinématographie amateur et professionnelle dans cette province. Nous croyons qu'il s'agit de la plus importante collection de films d'archives numérisée et mise en ligne au Canada.

Le premier long métrage dramatique réalisé dans ce pays a été filmé tout près d'Halifax en 1913. Evangeline a depuis longtemps disparu, et c'est pourquoi le cinéma virtuel présenté ici débute plutôt par des séquences des répercussions de l'explosion d'Halifax en 1917. Au total, les 96 films mesurent 51 000 pieds (15 540 mètres) et s'étendent sur 1 390 minutes (presque 24 heures!). Nous les avons divisés en plus de 1 000 courts clips afin de permettre aux gens de les visionner soit sur ce site Web ou sur notre chaîne YouTube. Les séquences ont été choisies parmi 17 collections distinctes. Vous trouverez plus d'information sur les cinéastes individuels à la page qui présente les cinéastes de la Nouvelle-Écosse.

Le cinéma virtuel est présenté en ordre chronologique, débutant par les séquences de l'explosion de 1917 par W.G. MacLaughlan et se terminant par plusieurs films promotionnels réalisés par le Nova Scotia Film Bureau dans les années 1950. Nous avons légèrement dépassé la date de fin afin de pouvoir incorporer Glooscap Country, l'œuvre la plus importante de Margaret Perry, qui a été réalisé pour le Bureau en 1961.

Au programme vous trouverez également des œuvres représentatives d'autres cinéastes professionnels tels qu'E.A. Bollinger et Sam Short, ainsi qu'une grande variété de clips semi-professionnels et de séquences de films familiaux. Les premiers films sont tournés en noir et blanc, mais dans les années 1930 on commence à voir des séquences en couleur. Des sous-titres sont parfois inclus dans les premiers films, mais les plus récents sont des films sonores, particulièrement ceux qui ont été réalisés par le Film Bureau.

Presque toutes les régions de la province sont représentées dans les films, qui mettent l'accent sur les activités quotidiennes, la vie en plein air, les paysages symboliques, les ressources naturelles et l'industrie. Ne manquez pas de découvrir les films du Dr Alexander Leighton tournés dans les années 1930, particulièrement ses clips d'une chasse traditionnelle mi'kmaq au marsouin à Bear River, dans le comté de Digby, en 1936. Les films familiaux réalisés par Charles Balish de Lockeport au cours de la même période sont uniques puisqu'ils présentent la Nouvelle-Écosse du point de vue d'une famille récemment immigrée, et ils incluent aussi le lock-out de 1938 à Lockeport. D'autres points saillants incluent le carnaval des cerises de Bear River en 1928, une excursion sur la piste Cabot alors qu'elle n'était pas encore asphaltée, les émeutes du Jour de la Victoire en 1945 à Halifax, ainsi que des clips de Babe Ruth et Winston Churchill en visite dans la province.

Les premiers cinéastes de la Nouvelle-Écosse étaient plutôt intrépides. Ils tournaient à l'extérieur, ils allaient partout et ils apportaient leur caméra avec eux lorsqu'ils quittaient la province. Certains des clips les plus fascinants présentés dans le cinéma virtuel sont des films touristiques tournés à l'extérieur de la Nouvelle-Écosse par les premiers amateurs de films familiaux. Des films sur les Bermudes, Nassau, la Jamaïque, la ville de New York, la Californie, le sud des États-Unis, l'Angleterre et l'Europe, les funérailles du roi George V, Montréal, la Gaspésie et la visite royale de 1939 révèlent que les Néo-Écossais voyaient au-delà des leurs frontières pour filmer des images de ce monde qu'ils trouvaient très intéressant.

Puisque ce site Web est destiné à être une ressource pour le patrimoine cinématographique, vous y trouverez également la section intitulée Articles de référence, incluant des articles rédigés par les historiens du cinéma Darrell Varga et Ernest Dick, qui offrent du contexte supplémentaire sur l'histoire du cinéma en Nouvelle-Écosse et qui suggèrent d'autres façons d'explorer davantage et d'apprécier les films présentés ici. Le fait de visionner ces films du point de vue du XXIe siècle, par exemple, nous rappelle que le monde était très différent à l'époque, c'est-à-dire plus simple et plus optimiste, et que les cinéastes présentés ne mettaient pas en question ce qu'ils filmaient. Un troisième article présente une courte histoire du cinéma en Nouvelle-Écosse et est tiré de Eastern Eye: A Nova Scotia Filmography, 1899-1973, une ressource de recherche supplémentaire qui peut être consultée en entier ailleurs sur ce site Web.

Enfin, une base de données de la collection de films, entièrement interrogeable et en ligne pour la première fois, offre des renseignements détaillés sur les 4 948 œuvres individuelles qui forment la collection des Archives de la Nouvelle-Écosse. Comme ressource en ligne, cette base de données sera inestimable pour les chercheurs, les cinéastes et les cinéphiles de partout au monde.

Alors, peu importe où vous êtes, mettez-vous à l'aise et préparez-vous pour un voyage dans le temps où vous pourrez découvrir et explorer qui nous étions et comment nous vivions dans les premiers films de la Nouvelle-Écosse


This project was made possible in part through the Canadian Culture Online Program of Canadian Heritage, Library and Archives of Canada and the Canadian Council of Archives.

Ce projet a été rendu possible en partie grâce au soutien du programme de numérisation de la communauté archivistique, de Bibliothèque et Archives Canada et du Conseil canadien des archives.