Nova Scotia Archives

Au cœur de l'Acadie

Registres du gouvernement britannique à Annapolis Royal, 1713-1749


Introduction

Il s'agit des versions publiées de registres manuscrits préparés beaucoup plus tôt — en réalité, il s'agit des registres les plus anciens encore existants du gouvernement britannique en Nouvelle-Écosse. Le service des archives de la Nouvelle-Écosse a en main les documents originaux et des pages choisies ont été numérisées et reliées aux pages imprimées illustrées ici; de cette manière, les visiteurs pourront voir à quoi ressemblent les documents originaux. En outre, nous avons numérisé une série de cartes et de gravures du 19e siècle afin d'ajouter au contenu du site.

Jusqu'à maintenant, ces registres étaient peu connus et n'étaient pas facilement accessibles. Ensemble, ils présentent un aperçu de la vie quotidienne en Nouvelle-Écosse durant les années après que l'Acadie soit devenue possession britannique en 1713, et jusqu'à l'époque de la Déportation des Acadiens et du Grand Dérangement après 1755. Les registres s'intéressent surtout à la région Annapolis–Les Mines — le cœur de l'Acadie — mais on trouve aussi de bons renseignements sur les autres localités françaises éparpillées en Nouvelle-Écosse continentale et au Cap-Breton.

Fastidieux, répétitifs et souvent écrits dans un style bureaucratique ponctué de nombreuses abréviations et de formulations vieillies, ces registres sont néanmoins une source de base précieuse pour des études acadiennes. Les chercheurs qui s'intéressent à la généalogie, à l'histoire communautaire, à l'histoire économique, au régime foncier, à l'administration de la justice, au commerce et aux échanges, aux ressources naturelles, aux rapports avec les Mi'kmaq et, par-dessus tout, aux rapports entre les Acadiens et les autorités britanniques, sauront y trouver une foule de renseignements des plus intéressants.

Ces ouvrages racontent comment un petit groupe d'officiers militaires, à qui on avait confié le gouvernement civil de la Nouvelle-Écosse après 1713, se sont acquittés de leurs responsabilités, presque isolés, durant une période obscure de l'histoire de la province. En poste à Annapolis Royal, ancienne capitale française autrefois appelée Port-Royal, ils se sont essentiellement livrés à l'expérience qui consistait, pour une poignée d'Anglais, à gouverner une population française. Il reste toutefois que ce n'était pas une époque éclairée et qu'ils n'étaient pas des dirigeants révolutionnaires.

Il y a trois cents ans, les gens s'exprimaient et voyaient le monde qui les entourait d'une manière fort différente de celle d'aujourd'hui, et c'est pourquoi les propos contenus dans ces documents semblent souvent biaisés ou choqueront même nos sensibilités modernes. Toutefois, le rôle de l'archiviste n'est pas de changer l'histoire ni d'interpréter ce qui en témoigne, mais simplement de mettre le tout à la disposition du public. Dans le cas présent, les gens qui le souhaitent pourront explorer l'expérience acadienne en Nouvelle-Écosse coloniale et pourront ensuite formuler leurs propres opinions sur ce qui s'est passé il y a si longtemps.