English / Français  |  Communiquez avec nous
Musée de la Nouvelle-Écosse
Reptiles and Amphibians Collection Reptiles and Amphibians Collection Snakes Turtles Frogs Salamanders

Imprimer | Signet

La tortue des bois

Clemmys insculpta (LeConte)


Les amateurs de tortues disent que celle-ci est la plus intelligente, la plus alerte de toutes. Sa carapace brun rougeâtre rappelle le bois sculpté; le cou et les pattes sont orange en dessous. On la rencontre dans les champs et les bois clairs, parfois sur le bord des routes, mais plus ou moins près de petits cours d'eau. Certains l'appellent la tortue bourbeuse parce qu'elle prend souvent le soleil sur les rivages vaseux des rivières! Espèce omnivore, elle se nourrit de plantes, de fruits, de vers et d'insectes. Au début de l'été la femelle pond de six à huit œufs dans un creux au bord d'un ruisseau. L'été durant cette tortue monte lentement vers l'amont des ruisseaux tributaires, mais dès le mois d'octobre elle descend pour choisir son site d'hibernation au fond de la rivière.


La tortue des bois est considérée vulnérable en Nouvelle-Écosse, peut-être parce que des gens la prennent souventillégalement de son habitat et la relâchent depuis dans un autre qui ne le convient pas. L'aire de répartition naturelle de l'espèce se trouve dans le nord-est de la région péninsulaire et dans le sud-ouest du Cap-Breton. Parfois l'on trouve des colonies isolées ailleurs, près de certaines rivières.


En 1996 le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada a déclaré que la tortue des bois est devenue une espèce vulnérable. Selon le Comité, une espèce « vulnérable » est toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels. Dans ce cas ce sont les gens et le bétail qui ont perturbé son habitat (les rivages) et aussi ceux qui l'enlèvent de son milieu naturel pour en faire une compagne temporaire.



Quelques détails supplémentaires


La Tortue des bois appartient à la famille des Émydidés, le plus grand groupe de tortues encore existantes. La famille comprend 85 espèces dont trois se trouvent en Nouvelle-Écosse.


Cette tortue constituait auparavant un mets populaire aux États-Unis sous le nom de redleg (patte rouge), allusion à la couleur des pattes.


Longueur de la carapace d'adultes : mâles (23 mesurés), de 19,5 à 21,6 cm ; femelles, (14 mesurées), de 16,9 à 19,8 cm.


L'on peut différencier la femelle du mâle en regardant le plastron, qui est concave chez ce dernier.


Répartition : Au Canada cette espèce se trouve en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick ainsi que dans le sud du Québec et de l'Ontario. L'aire s'étend vers le sud à la Virginie et à la Virginie-Occidentale, et vers l'ouest jusqu'au Minnesota.


En Nouvelle-Écosse on rencontre la Tortue des bois surtout dans le nord-est de la région péninsulaire et dans le sud-ouest du Cap-Breton, bien qu'il existe certaines colonies isolées ailleurs, près de certaines rivières. On croit qu'un grand nombre de tortues ont été enlevées de leur milieu naturel (près de petites rivières à faible courant) et remises depuis dans un tout autre milieu, souvent loin de leur habitat d'origine.


Cette espèce émerge de son gîte hivernal au fond des eaux vers la fin avril ou le début mai. On la voit alors prendre de longs bains de soleil sur le rivage.


La ponte a lieu au début de l'été (fin juin, début juillet). La femelle creuse un trou dans le rivage sablonneux ou graveleux et y dépose de quatre à douze oeufs ellipsoïdes.


La femelle ne commence à se reproduire qu'à partir de l'âge de quinze ans.


Les petits éclosent en automne, probablement au mois d'octobre.


À propos, voici une remarque de Nicolas Denys, qui pourrait faire allusion à la tortue happante ou à la Tortue peinte. Ce colonisateur, après avoir passé quarante ans ici au XVIIe siècle, nous a laissé un compte rendu coloré de la vie en Acadie : Description historique et géographique des côtes de l'Amérique septentrionale (1672).


Note à nos lecteurs et lectrices : il faut se rappeler qu'au XVIIe siècle l'orthographe du français écrit n'était pas tout à fait réglementée!


... Dans les mesmes étangs l'on prend de la tortuë. Il s'en trouve d'aussi grandes que le tour d'un chappeau. L'écaille de dessus est rayée de couleur rouge, blanches & bleuës. C'est un tres-bon poisson. Étant boüilly on oste l'écaille, puis on la pelle, on le couppe par morceaux, le met à l'étuvée ou fricassée avec une sauce blanche. Il n'y a point de poulets qui vallent cela.


Tortues d'eau douce et terrestres

La tortue peinte de l'Est

La tortue des bois

La chélydre serpentine (tortue hargneuse)

La tortue mouchetée


Tortues marines

La tortue luth

La tortue bâtarde

La caouane


Renseignements sur les Tortues

L'observation des tortues