News release

Le gouvernement présente son rapport sur les consultations tenues sur l'obésité juvénile

La Province a fait un pas de plus vers l'élaboration d'un plan pour lutter contre l'obésité juvénile grâce aux commentaires de plus de 1100 personnes, groupes et organismes sur ce qu'il faut faire pour qu'il soit plus facile de grandir en santé en Nouvelle-Écosse.

Ces commentaires, obtenus lors de rencontres individuelles, dans des exposés par écrit et dans le cadre d'un sondage en ligne, ont été résumés dans le rapport What We Heard: Survey and Consultation Findings for a Childhood Obesity Prevention Strategy. Il existe un résumé du rapport en français sous le titre : « Ce que nous avons entendu : Résultats du sondage et des consultations en vue d'une stratégie pour la prévention de l'obésité juvénile ».

« Nous savons tous qu'une mauvais alimentation et le manque d'activité physique font courir aux enfants, aux jeunes et aux familles le risque de souffrir de troubles de santé et de maladies qui pourraient être évités, a déclaré Maureen MacDonald, la ministre de la Santé et du Mieux-être. Il s'agit d'un problème sociétal complexe. Par conséquent, il faudra passer à travers beaucoup d'étapes et susciter un mouvement collectif pour changer notre mode de vie. L'une des premières étapes a été de demander au public, à nos partenaires et à nos experts ce que nous pouvions faire. Je tiens à remercier tout le monde qui a pris part à la consultation. »

Parmi ces participants, il y avait des représentants des milieux de la santé, du sport et des loisirs, de l'éducation, des affaires et de l'industrie; des représentants des universités, des gouvernements et des organismes communautaires; des gens et des organismes qui représentaient les communautés autochtone, afro-canadienne et acadienne, de même que des familles et des jeunes.

Les participants ont soulevé des thèmes similaires, notamment les obstacles à l'accès à une saine alimentation et à l'activité physique, de même que les modes de vie accélérés et sédentaires qui découlent des emplois de bureau, de la technologie et de l'aménagement dans nos localités.

« Les Néo-Écossais nous ont dit que nous devions en faire plus, a déclaré Mme MacDonald. Le budget de 2012 alloue une somme additionnelle supérieure à deux millions de dollars à un plan applicable à l'échelle du gouvernement et visant à avoir une Nouvelle-Écosse en meilleure santé. Nous étudions les mesures prioritaires que nous pouvons prendre cette année et nous regardons ce que nous pouvons faire à long terme pour réaménager nos lieux de vie, de travail et de loisir. »

Le rapport fait état des obstacles et des facteurs qui contribuent à l'augmentation du taux d'obésité chez les enfants et donne des exemples du travail en cours pour appuyer l'activité physique et de bonnes habitudes alimentaires.

« Nous savons ce qu'il faut faire mais nous n'en faisons pas assez, a déclaré le Dr Rob Strang, médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse. Nous avons besoin de plus de politiques comme celle sur la nutrition dans les écoles et comme les règlements et les normes qui font que les garderies servent des aliments sains.

« Nous avons besoin de plus d'initiatives comme celle du ministère de l'Éducation qui a un programme de subventions pour l'utilisation des écoles par les communautés. Nous avons besoin de souligner et d'imiter le travail incroyable que font des gens partout dans la province pour que la Nouvelle-Écosse soit un endroit plus sain. »

En Nouvelle-Écosse, un enfant sur trois âgé entre 2 et 17 ans souffre d'embonpoint ou d'obésité et beaucoup plus de jeunes courent le risque d'avoir des problèmes de santé tout au long de leur vie à cause d'un mode de vie qui n'est pas sain.

En plus des consultations, le personnel a passé en revue la documentation existante, les pratiques exemplaires, les activités au sein du gouvernement ainsi que les conseils formulés par les groupes de travail et le comité consultatif scientifique.

Pour lire le rapport, allez à www.gov.ns.ca/growinguphealthy.

La Province lancera ce printemps un plan pour une Nouvelle-Écosse en meilleure santé.

POUR DIFFUSION :

La Province a fait un pas de plus vers l'élaboration d'un plan pour lutter contre l'obésité juvénile grâce aux commentaires de plus de 1100 personnes, groupes et organismes sur ce qu'il faut faire pour qu'il soit plus facile de grandir en santé en Nouvelle-Écosse.

Selon la ministre de la Santé et du Mieux-être, Maureen MacDonald, une mauvaise alimentation et le manque d'activité physique font courir aux enfants, aux jeunes et aux familles le risque de souffrir de troubles de santé et de maladies qui pourraient être évités.

La Ministre dit qu'il s'agit d'un problème sociétal complexe et qu'il faudra passer à travers beaucoup d'étapes et susciter un mouvement collectif pour changer notre mode de vie. L'une des premières étapes a été de demander au public, à nos partenaires et à nos experts ce qui pouvait être fait.

Le rapport What We Heard est affiché sur le site Web du ministère de la Santé et du Mieux-être. Il existe un résumé en français sous le titre « Ce que nous avons entendu ». La Province lancera ce printemps un plan pour une Nouvelle-Écosse en meilleure santé.

-30-

Personne-ressource :

Annabel Bruce
Santé et Mieux-être 902-240-4640