News release

Réduire le risque de rencontres avec des animaux sauvages

Les Néo-Écossais peuvent réduire les risques associés aux rencontres avec la faune nuisible dans leurs quartiers en suivant les conseils des experts du ministère des Ressources naturelles.

« Dans bien des localités, il n’est pas rare de voir des animaux sauvages, mais ces animaux peuvent devenir nuisibles et peut-être poser un risque pour les humains et les animaux de compagnie, indique Bob Petrie, directeur de la Faune au ministère. Si de la nourriture est à leur portée, des animaux comme les ours, les renards, les chevreuils et les coyotes peuvent facilement s’adapter à la vie dans des secteurs résidentiels. »

Il est recommandé de bloquer les points d'accès sous les seuils de porte, sous les remises et dans les greniers afin de réduire les endroits qui pourraient servir de repaires.

Les résidents peuvent aussi réduire les sources de nourriture. La nourriture pour les animaux domestiques qui est laissée à l'extérieur est souvent mangée par des animaux sauvages à l'insu des résidents. Même les mangeoires d’oiseaux attirent des souris qui, à leur tour, attirent des renards et d'autres prédateurs dans la cour des maisons.

Si des animaux sauvages posent un problème de destruction des biens ou de sécurité des gens, ou si on trouve une animal blessé ou malade, il faut alors s’adresser au bureau local du ministère des Ressources naturelles. Une carte montrant l'emplacement des bureaux et leurs coordonnées se trouvent au http://www.novascotia.ca/natr/staffdir/offices.asp .

Pour en apprendre davantage sur les animaux sauvages et sur d'autres sujets, consultez le http://novascotia.ca/natr/wildlife/living-with-wildlife/ (en anglais seulement).

POUR DIFFUSION :

Les Néo-Écossais peuvent réduire les risques associés aux rencontres avec la faune nuisible dans leurs quartiers en suivant les conseils des experts des Ressources naturelles.

Dans bien des localités, il n'est pas rare de voir des animaux sauvages, mais ces animaux peuvent devenir nuisibles et peut-être poser un risque pour les humains et les animaux de compagnie.

Le directeur de la Faune, Bob Petrie, dit que si de la nourriture est à leur portée, des animaux comme les ours, les renards, les chevreuils et les coyotes peuvent facilement s'adapter à la vie dans des secteurs résidentiels, ce qui fait augmenter la probabilité de rencontres indésirables avec des animaux sauvages dans nos quartiers.

Les représentants de la faune encouragent les gens à bloquer les points d'accès sous les seuils de porte, sous les remises et dans les greniers afin de réduire les endroits qui pourraient être utilisés comme des repaires.

-30-

Personne-ressource:

Bruce Nunn
902-424-5239 Cellulaire: 902-476-6454