News release

Un accord fédéral-provincial transformera les services de garde d’enfants et réduira les coûts pour les familles

Un accord de financement fédéral-provincial de 605 millions de dollars relatif aux services de garde d’enfants permettra de réduire de façon importante les coûts pour les familles et les femmes qui travaillent et d’élargir l’accès à plus de services de garde de qualité supérieure partout en Nouvelle-Écosse

Aujourd’hui 13 juillet, le premier ministre Iain Rankin s’est joint au premier ministre Justin Trudeau pour annoncer le nouveau financement fédéral quinquennal dans le cadre de l’Accord pancanadien entre le Canada et la Nouvelle-Écosse sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants.

« Il s’agit là d’un accord historique. D’ici l’année prochaine, les familles paieront 50 p. 100 de moins pour la garde d’enfants, et, dans cinq ans, la garde d’enfants coûtera en moyenne 10 $ par jour, a dit le premier ministre Rankin. Cela change la donne pour les familles de la Nouvelle-Écosse : il y aura de meilleurs soins, plus abordables et plus accessibles. Depuis des décennies, on parle d’un système pancanadien d’apprentissage et de garde de jeunes enfants, et je suis fier que notre province joue un rôle de premier plan dans la réalisation de progrès concrets pour les familles néo-écossaises. »

Le système de l’apprentissage et de la garde de jeunes enfants de la Nouvelle-Écosse sera axé sur l’abordabilité, l’accessibilité, l’inclusion et la qualité. Le plan permettra de :

  • réduire les frais de garde d’enfants de 50 p. 100 en moyenne d’ici le 31 décembre 2022;
  • garantir que les frais de garde d’enfants seront, en moyenne, de 10 $ par jour d’ici 2026;
  • créer au moins 9 500 nouvelles places dans les centres d’apprentissage et de garde de jeunes enfants d’ici le 31 mars 2025, y compris de nouvelles places pour les nourrissons et les tout-petits, ainsi qu’un nouveau programme d’éducation de la petite enfance pour les enfants de trois ans, dont l’accès sera accordé en priorité aux familles vulnérables et en quête d’équité;
  • améliorer les possibilités de prise en charge avant et après l’école.

Le gouvernement provincial versera 40 millions de dollars au cours de l’accord quinquennal, en plus du financement annuel actuel accordé au secteur.

« Toutes les familles devraient avoir accès à des services de garde d’enfants de qualité supérieure et abordables. L’accord conclu aujourd’hui avec la Nouvelle-Écosse est un grand pas en avant pour faire de la garde d’enfants à 10 $ par jour une réalité dans toute la province, et pour apporter une aide essentielle aux familles et aux collectivités alors que nous nous remettons de la pandémie », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau.

Le gouvernement provincial créera un nouvel organisme chargé de gérer les activités de tous les établissements agréés de garde d’enfants de la province. La surveillance réglementaire restera du ressort du ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance.

Un financement fédéral supplémentaire de 22,5 millions de dollars a aussi été annoncé aujourd’hui. Cela comprend 11,6 millions de dollars de plus pour l’Accord entre le Canada et la Nouvelle-Écosse sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants pour 2021–2022 et un investissement ponctuel de 10,9 millions de dollars pour soutenir la stratégie en matière d’excellence dans la main-d’oeuvre dans le domaine de l’éducation de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse, qui se traduira par une hausse des salaires des éducatrices de la petite enfance (EPE) et la gratuité des frais de scolarité, des livres et des bourses pour des centaines d’EPE.

« Les éducatrices de la petite enfance sont essentielles au succès du système d’apprentissage et de garde de jeunes enfants de la Nouvelle-Écosse. Voilà pourquoi il est important de les soutenir en leur offrant des salaires plus élevés, une formation et une éducation gratuites et une stratégie de la main-d’œuvre pour maintenir leur réussite, a dit le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance Derek Mombourquette. Nous réinvestissons dans les personnes qui s’occupent de nos enfants. Cela améliorera non seulement la vie de nos précieuses EPE, mais aussi la qualité des soins pour les familles et les enfants. »

Cette stratégie répondra aux problèmes de main-d’œuvre cernés par le secteur et soutiendra les EPE dans leur apprentissage à vie. Voici quelques initiatives clés :

  • offrir une subvention unique de 500 $ aux EPE formées qui travaillent dans des centres de garde d’enfants financés par le gouvernement provincial;
  • élaborer un cadre de rémunération pour les EPE qui travaillent dans des établissements agréés de garde d’enfants financés par le gouvernement provincial afin d’améliorer la rémunération et les avantages sociaux; le nouveau cadre devrait être achevé d’ici 2022;
  • soutenir les EPE en leur offrant une aide à l’orientation professionnelle;
  • adopter une reconnaissance professionnelle en mettant en place un processus d’agrément pour les ECE;
  • offrir gratuitement de la formation et des livres à plus de 300 membres du personnel qui travaillent actuellement dans le secteur de la garde d’enfants et de la prématernelle sans diplôme, y compris des places désignées pour les Mi’kmaq ou Autochtones, les Noirs ou Afro-Néo-Écossais, les Acadiens et francophones de la Nouvelle-Écosse et les nouveaux arrivants;
  • fournir des bourses d’études à 300 étudiants actuellement inscrits à des programmes à temps plein menant à un diplôme ou à un grade d’EPE en Nouvelle-Écosse, et davantage pour les étudiants issus de groupes en quête d’équité;
  • travailler en étroite collaboration avec les écoles publiques pour faire en sorte qu’elles soient en mesure d’aider les élèves qui envisagent de faire carrière comme EPE;
  • mettre sur pied un programme de formation avec certificat post-diplôme dans le cadre du programme de formation de niveau avancé en éducation de la petite enfance, permettant aux EPE qualifiées de se spécialiser et de progresser dans un domaine de pratique particulier.

Citation

La garde d’enfants n’est pas un luxe, c’est une nécessité. Notre vision de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants est grande et ambitieuse, mais j’ai confiance en nous pour y parvenir. L’accord historique conclu aujourd’hui avec la Nouvelle-Écosse est une autre étape importante qui permettra à toutes les familles d’avoir accès à des services de garde de grande qualité, abordables et inclusifs étant donné que chaque enfant mérite le meilleur départ possible dans la vie. Ahmed Hussen, ministre des Familles, des Enfants et du Développement social

Faits en bref

  • La Nouvelle-Écosse investit chaque année 132,6 millions de dollars dans l’apprentissage et la garde de jeunes enfants, dont 54 millions pour la prématernelle et plus de 75 millions pour le secteur de la garde d’enfants.
  • Il y a 334 centres agréés de garde d’enfants en Nouvelle-Écosse et 14 agences agréées de services de garde d’enfants en milieu familial.
  • Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a été un chef de file dans le soutien au secteur des services de garde d’enfants tout au long de la troisième vague de la pandémie, en fournissant près de 7,7 millions de dollars de plus pour couvrir les coûts de dotation en personnel et les coûts opérationnels alors que la capacité était plafonnée à 60 p. 100 en vertu des restrictions relatives à la COVID-19.

Ressources supplémentaires

Vous trouverez de plus amples informations sur le système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants de la Nouvelle-Écosse sur le site Web suivant : https://www.ednet.ns.ca/fr/childcare.

Pour en savoir plus sur la stratégie en matière d’excellence dans la main-d’oeuvre dans le domaine de l’éducation de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse, consultez le site Web suivant : https://www.ednet.ns.ca/elcc/ (en anglais seulement).

-30-

Renseignements :

Matt Hefler
Bureau du premier ministre 902-220-6048
Jenna MacQueen
Cell: 902-233-6787 Email: