Les algues bleues

Il faut surveiller la présence des algues bleues de mai à octobre. Les algues bleues, qu’on appelle aussi des cyanobactéries, se retrouvent naturellement dans l'eau de surface, par exemple les lacs, les étangs, les rivières et les ruisseaux. Les toxines contenues dans les algues bleues peuvent rendre les gens malades et peuvent être mortelles si elles sont ingérées par les animaux de compagnie.

Les algues bleues ont tendance à se développer quand une période de temps chaud et humide est suivie par de fortes pluies. Cette situation devient plus courante à cause des températures à la hausse et des tempêtes plus fortes causées par le changement climatique.

Une fois que des algues bleues se développent, il est plus probable que cela se reproduise dans le même plan d’eau.

Signaler les algues bleues

Si vous croyez voir des algues bleues, dites-vous que c’est toxique. Signalez votre observation au bureau le plus près du ministère de l’Environnement et du Changement climatique ou appelez au 1-877-936-8476.

Où trouver les rapports sur les proliférations d’algues bleu-vert

Le ministère de l’Environnement et du Changement climatique publie en ligne une liste des proliférations possibles d’algues bleu-vert et publie les rapports sur les médias sociaux. Dans le cas des réservoirs publics d’eau potable, un inspecteur confirmera sur place la présence d’algues bleues et travaillera directement avec le propriétaire du réservoir.

La Municipalité régionale d’Halifax reste vigilante en ce qui a trait aux algues bleu-vert sur les plages surveillées et elle publie des avis en ligne (en anglais).

Le Nova Scotia Lifeguard Service publie des avis sur la qualité de l’eau et la fermeture des plages sur son médial social. Vous pouvez aussi rechercher les panneaux affichés près des plages provinciales.

Identifier les algues bleues

Malgré leur nom, les algues bleues peuvent être turquoise, vertes, brunes, rouges, blanches ou un mélange de ces couleurs. Les fleurs d’eau, comme on les appelle parfois, peuvent ressembler à de l’herbe coupée à la surface de l’eau, à de la peinture renversée ou à une soupe aux pois. Elles ressemblent parfois à une écume épaisse à la surface de l’eau. Elles sentent souvent le moisi ou l’herbe quand elles sont en santé, et elles sentent l’ammoniac quand elles de décomposent.

Des tapis d’algues peuvent aussi être présents au fond de rivières et de lacs peu profonds ou sur le rivage. Les tapis d’algues ressemblent à des amas de végétation et peuvent avoir une couleur noire, brune ou vert foncé dans l’eau.

Sur le rivage, ils peuvent prendre une couleur brune ou grise une fois qu’ils ont séché. Les animaux sont attirés par leur odeur et pourraient essayer de les manger. Ne laissez pas les enfants ni les animaux de compagnie s’approcher des tapis d’algues.

Signalements de proliférations d'algues bleues en 2022

Effets sur la santé

Chez les humains, l’exposition aux algues bleues peut causer des démangeaisons et une irritation de la peau et des yeux si on nage dans de l’eau contaminée. Inhaler ou avaler cette eau peut causer des maux de tête, une fièvre, la diarrhée, des maux de ventre, la nausée et des vomissements. Une exposition prolongée peut causer des dommages au foie.

Les enfants sont plus vulnérables en raison de leur poids corporel moins élevé et parce qu’ils passent plus de temps dans l’eau et qu’ils sont plus susceptibles d’en avaler.

Chez les animaux de compagnie, l’exposition aux algues bleues peut être mortelle.

Sécurité

En cas de prolifération d'algues bleues :

  • N'utilisez pas l'eau pour la consommation, la natation, le bain, la douche ou le nettoyage des dents.
  • Ne permettez pas aux enfants, aux animaux de compagnie et au bétail de nager dans l'eau ou de la boire.
  • Si vous entrez en contact avec des algues bleues, prenez une douche et nettoyez bien tout article qui a également été en contact avec les algues bleues.
  • Utilisez d’autres sources d’eau pour la consommation, la cuisson, le bain, la lessive et l’arrosage des légumes; l’eau contaminée n’est pas potable même si on la fait bouillir, la filtre dans un pichet ou la traite avec de l’eau de Javel, des herbicides, du sulfate de cuivre ou autres algicides.
  • Faites preuve de prudence lorsque vous pratiquez des activités récréatives nautiques qui peuvent causer des éclaboussements, par exemple le motonautisme, car les toxines pourraient être inhalées.
  • Soyez prudent lorsque vous mangez des poissons pris dans de l’eau où il y a prolifération d’algues bleues (ne consommez pas le foie, les reins ou les autres organes de ces poissons, car les toxines peuvent s'y trouver).
  • Si vous êtes malade, faites-vous soigner.

Sources d’eau potable

L’eau de surface, comme les lacs ou les rivières, n’est pas une source d’eau potable recommandée pour consommer à la maison, car elle peut être contaminée plus facilement que l’eau souterraine, et parce que sa qualité et ses éléments chimiques sont plus variables.

Si vous tirez votre eau potable d’un lac, d’une rivière ou d’une autre source d’eau de surface, ou si vous avez un puits peu profond à proximité d’un lac ou d’une rivière, votre eau potable pourrait être contaminée durant ou après une prolifération d’algues bleues. C’est lorsque les fleurs d’eau meurent que les plus grandes concentrations de toxines sont normalement libérées dans l’eau.   

Si vous voulez continuer d’utiliser de l’eau de surface pour votre eau potable, vous devriez la faire tester. Le meilleur moment pour prélever un échantillon d’eau est lorsqu’il n’y a plus aucun signe visible de la prolifération. Demandez au laboratoire de faire une analyse pour détecter les microcystines. Si le niveau de microcystines est supérieur à la limite de 0,0015 milligrammes/litre, vous devriez vous trouver une autre source d’eau potable.

Système de traitement de l’eau

La plupart des sources d'eau municipales utilisent des traitements particuliers pour gérer les algues bleues.

La plupart des filtres résidentiels n’éliminent pas les toxines causées par les algues bleues. Si vous avez des questions au sujet de votre filtre résidentiel, adressez-vous à un spécialiste de la qualité de l’eau. Assurez-vous de bien comprendre les contaminants (en anglais seulement) que vous devez traiter et cherchez des unités de traitement qui feront le travail voulu.

Pour en savoir davantage sur la sûreté de l’eau potable, consultez les fiches d’information Dans une goutte d’eau.